Du silence assourdissant, des chorégraphies de Béjart, du rève de Constantin et des questions sans réponse


Chronique – 57

Du silence assourdissant, des chorégraphies de Béjart, du rève de Constantin et des questions sans réponse

Le silence, voici ce qui me frappe, la chose la plus étrange qui soit, une hésitation du temps me semble-t-il, le rappel que nous ne sommes pas grand-chose, une parenthèse entre un néant et un autre néant, mais souvent une réalité qui nous échappe, un éclairage sur une partie de nous-mêmes que nous ne connaissons pas ou préférerions ne pas connaître, un éclairage différent sur ce qui nous entoure car, avouons-le, nous sommes habituellement plongés dans un océan sonore implacable qui nous dévore, nous épuise, nous marque au fer rouge, sans que nous ne nous en rendions vraiment compte, une plaie d’autant plus vive que nous ne la notons même plus tant elle est ancrée dans nos veines, notre chair, notre esprit. Et là, mes pauvres amis et moi-même, somnambules, pantins dérisoires déambulant dans un pays qui jour après jour s’avère plus sinistre et éreintant que la veille, nous sommes submergés par cet intense et menaçant silence.

Même le vent se tait, même les objets semblent s’être enrobés d’ouate et lorsqu’ils chutent le font avec un forme délibérée de quiétude probablement inversement proportionnelle au délire qui a du précéder notre venue en ces lieux.

La poussière est partout, je l’ai dit, le sable s’incruste partout et nous isole du monde d’avant, nous progressons mais sans réellement comprendre où nous nous trouvons et sans comprendre ce qui s’est vraiment passé.

Cet endroit, ce pays ou lieu, ordinaire et banal, vidé de ses vivants, sans explication particulière mais sans que la violence rentrée qui se dévoile par-ci par-là ne nous laisse l’illusion d’un départ calme, serein et pacifique, nous emplit d’un terrible sentiment de terreur, d’injustice et, admettons-le, de peur.

Le bruit de la vie n’est plus là. Celui de la mort est partout, et celui-ci est d’évidence exprimée par une absence flagrante de sons. Lorsque nous marchons nous ne parlons pas et lorsque nous nous arrêtons nous murmurons, chuchotons, bredouillons quelques mots ou syllabes mais sans que cela ne forme autre chose que des demi ou quart de phrases sans véritables signification autre que l’onomatopée. Il n’y a que Maria et l’extincteur qui sortent du lot, de par leur force de caractère. C’est ainsi.

Le Yéti anarchiste souvent si débonnaire, drôle et bavard ne dit plus rien et se contente de faire des gestes vagues, des sortes d’auréoles larges finement chorégraphiées, façon Béjart pourrait-on dire si l’on avait le souhait d’ironiser sur ce qui se passe. Il y a quelques minutes il a tendu le bras dans un geste éloquent et ample vers une sorte de balançoire accrochée à un vieil arbre qui s’il était vivant serait d’évidence boiteux et qui était légèrement en mouvement, insidieusement, doucement, tristement, et le plus surprenant était que le cliquetis marqué par le frottement du vieux câble sur l’assise était presque inaudible, à peine perçu par nos oreilles, un chuintement désinvolte et terrorisant par sa signification… Où sont les enfants qui se sont amusés à cet endroit ? Qu’est devenu le rire de la petite fille ou du petit garçon qui s’est balancé à cet endroit il y a un certain temps ? Leurs pas doivent forcément résonner quelque part, non ? Il n’y pas d’enfant silencieux, cela ne peut se concevoir, ses pas sont forcément maladroits et hâtifs, désordonnés et joueurs, alors que sont devenus ses pas ? Il doit bien se cacher une vie dans cet océan abandonné…

Les trois pingouins aux lunettes roses dont Piero della Francesca hante l’esprit en permanence hésitent à commenter quoi que ce soit mais ont dit à Maria en début de journée que peut-être nous étions dans un rêve, semblable à celui de Constantin, et que bientôt tout deviendra plus clair, évident, limpide, que nous comprendrons ce qui s’est passé, que nous rencontrerons des absents, et qu’ils deviendront alors des présents, et ce sera à ce moment-là que nous nous réveillerons à Bangkok, Copenhague ou ailleurs, peut-être même sur la belle et bonne vieille île de Vienne, mais Maria leur a dit qu’il ne fallait jamais s’enfuir de la réalité et que si celle-ci semblait indiscernable, incompréhensible, inaccessible, c’était tout simplement que nous n’en possédions pas toutes les clefs mais qu’à force de réflexion, de concentration et d’analyse les choses finiraient par prendre leur place dans le doux et lent ordonnancement des situations, des lieux, du temps et des vivants.

Par contre, nous a-t-elle dit, il serait prudent de rester bien groupés, car notre petite communauté de par son incongruité pourrait nous protéger, tandis qu’isolés ou parsemés sur une longue ligne nous deviendrions des proies faciles pour qui ou quoi que ce soit qui ait été à l’origine de ce fléau, car il s’agit bien de cela.

Le grille-pain existentialiste n’est plus là, heureusement, sinon il se serait probablement mis à hurler, pleurer et trépigner. L’autruche volante, flottante et trébuchante ne perçoit pas vraiment ce qui se passe et semble la seule âme de notre groupe qui ne soit totalement grise. Parfois elle marmonne une sorte de mélopée dont nous ne percevons que des sons indistincts mais qui par ses tonalités très basses et bien involontairement je vous l’assure prend des aspects totalement tragiques les sons nous ont quitté, les arbres se sont vidés, l’arc-en-ciel n’est plus mais le ciel non plus n’est, même pas en arc, et si arc il y à c’est celui des paupières qui cachent les pleurs.

La machine à gaz rondouillarde a cessé je vous l’ai dit de vouloir persuader les choses et les êtres de voter pour le parti ou groupement anarchiste, utopiste, opportuniste ou dieu sait quoi encore en débutant ses phrases par un tonitruant et passéiste « je vous ai compris » et a au contraire remplacé ceci par un très résigné « je ne comprends » pas qu’il s’adresse à lui-même en hoquetant de manière un brin ridicule, mais qui dans la circonstance est la bienvenue car il rompt le silence qui nous hante.

L’extincteur fort sage a attiré notre attention tout à l’heure sur une toile d’araignée qui pendouillait piteusement entre deux arbres et a docilement et simplement indiqué que ce pays avait été déserté de toutes et tous, même de ses insectes, et que ceci ne pouvait pas vouloir dire grand-chose d’autre que l’approche de la mort ou sa fuite. Soyons objectifs a-t-il dit soit elle nous a précédé et nous ne risquons pas grand-chose car nous ne nous déplaçons pas trop vite et ne représentons aucune sorte de risque ou d’attrait pour qui que ce soit – à part toi Maria et nous devons prendre ceci en compte -, soit nous la précédons et nous allons nous ficher dans la gueule du loup, avec grand fracas, mais ce ne sera pas trop grave car nous ne nous en rendrons même pas compte.

Et moi dans tout cela ? Je marche, je suis le mouvement, je ressens la tristesse d’un monde qui s’est éteint et le poids des absents et me demande pourquoi cette humanité dont nous sommes membres à notre corps défendant peut produire de telles choses, mais sais que jamais aucune réponse ne me parviendra.

Alors, je laisse mon regard se poser sur une chaussure de femme penchée sur le côté au milieu de la route, un porte-clefs qui fut scintillant accrochée à des brins d’herbes roussis, un reste de collier dérisoire noué à une branche d’arbre, une voiture calcinée sans roues et sans porte, une table renversée et un seau en plastique roulant et roulant et roulant encore et encore, sans bruit, en silence, dans un tonitruant, assourdissant et invraisemblable silence.
§756

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

D’un étrange pays, d’un profond accablement, de Bosch, de Bruegel et des traces dérisoires de vies évanouies


Chronique – 56

D’un étrange pays, d’un profond accablement, de Bosch, de Bruegel et des traces dérisoires de vies évanouies 

Je dois avouer que le pays que nous traversons est bien étrange. S’agit-il d’un pays d’ailleurs ?

Depuis hier nous avançons sur un territoire qui semble avoir été abandonné par ses habitants, vidé de ses vivants, tout entier recouvert de poussière et des relents d’odeur fétide et nauséabonde que nous préférons ne pas essayer d’identifier, des débris partout, des restes de quelque combat ou agression ou manifestation ou fuite désorganisée, les murs sont écroulés, des objets dérisoires renversés ou abandonnés, allez savoir, jonchent le sol dans des positions que dans d’autres circonstances on pourrait trouver amusante ou ridicules mais qui en l’état sont pathétiques et sinistres, laissant plus sous-entendre que bien des tableaux de Bosch ou Bruegel, il y a un sentiment de désastre non évité, de chute ou d’accident, d’un mauvais tour de destin, à l’encontre d’une population infortunée, d’un groupement d’humains, de vivants, de joyeux représentants de notre espèce à nous, Maria et moi, qui ont été pris à un moment ou un autre dans des tourments qu’ils n’ont visiblement pas eu le temps d’analyser ou même de fuir.

Il n’y pas de trace de leur présence, ils sont absents, ils ont quitté les lieux, mais ceci ne ressemble pas à une fuite organisée ou un déplacement pacifique, il y a ces mémoires étranges qui parsèment le sol, les arbustes que l’on trouve dans les pays arides, les rochers et les bords de la route que nous longeons, il y a ce morceau de chiffon qui a peut-être été foulard, mouchoir ou essuie-main, qu’un humain utilisait pour nettoyer son visage, embellir son cou ou essuyer une écuelle, et qui n’est plus qu’un tissus sans vie, d’un mélange de fibres et des nœuds, de terre, de sueur, de larmes et de sang, il y a ce peigne qui a probablement lissé les cheveux d’une petite fille ou d’un garçonnet au sourire enjoué et parfumé de joie et d’optimisme mais qui maintenant n’est plus qu’un morceau de corne à moitié détruit et laissé au milieu d’un fatras comprenant un bout de chaise, une règle d’écolier, une manche de chemisier à carreau rouge et probablement ocre, une casquette jaune et blanche sur laquelle les lettres S et T sont encore visibles les autres ayant disparues, et une fourchette dont une dent seulement demeure, il y a cette chose presque ronde et généralement informe qui a peut-être été un ballon créé à partir de couches de tissus enroulée à la hâte ou une éponge asséchée laissée sur une gazière séparée de ses tuyaux et socle couchée sur le côté tel un gladiateur que l’on aurait assommé dans une arène depuis longtemps abandonnée, et tant d’autres choses, qui rappellent le vivant, l’humain, son rire, sa banalité, son ordinaire, ses cris, ses larmes, ses joies, ses efforts dérisoires et ses jeux.

Nous sommes silencieux, nous arpentons une terre oubliée, vidée de ses habitants, délaissée de son contenu, une coquille vide et désabusée, poussiéreuse, n’abritant même pas de voraces charognards, des hyènes traîtres, des rats résilients, des insectes fouineurs, non, c’était avant, il y a longtemps, nous traversons des ruines, mais des ruines sans saveur, sans élégance, sans attrait, des restes de vie qui nous effraient et nous acculent, nous bouleversent et nous laissent sans voix, sans réaction, sans émotion, sans sentiment clairement déterminés.

Le Yéti anarchiste qui d’habitude rit de tout marche le dos voûté et grommelle sans cesse des mots qui s’achèvent dans sa bouche à mi-parcours, des phrases avec sujets et verbes mais sans complément, ou des verbes sans rien d’autre, ou des interjections ou rien. Il est hébété la plupart du temps, sans éclair rieur dans les yeux, une ombre d’accablement sur une silhouette léthargique et épuisée.

L’extincteur fort sage qui est par essence et définition l’image de l’assistance et du secours, le Saint-Bernard des objets de notre quotidien, a cessé de commenter quoi que ce soit, ne se précipite pas avec son tuyau qui lui sert de propulseur pour éteindre quelque feu que ce soit car nous sommes arrivés bien trop tard, les vivants sont absents, même les sac à puces, ces braves bêtes rieuses et sales qui suivent tous les promeneurs du monde dans leur voyage ne sont pas là pour manifester leur présence.

La machine à gaz politicienne sur les bords n’essaie plus de convaincre qui que ce soit de quoi que ce soit, elle ne commence plus ses phrases lassantes par un fracassant « je vous ai compris » car d’évidence elle ne comprend rien.

Les trois pingouins amateurs de Piero Della Francesca qui d’habitude se précipitent sur tout objet qui les intéresse pour se l’approprier et s’en attitrer la jouissance exclusive au titre de je ne sais quel droit ou pratique ancienne, ne font qu’errer avec une attitude vaguement nonchalante en laissant traîner des bâtons démantibulés trouvés aux abords du chemin.

L’autruche volante, flottante et trébuchante ne chante plus, ne parle plus, ne scande plus, et se contente simplement de répéter en murmures quasiment inaudibles le mot « pourquoi » par intervalles réguliers de 4 ou 5 minutes avant de se murer dans une attitude de contemplation face à chaque esquisse de jouet d’enfant qu’elle croise.

Le radiateur jaune artiste multiforme ne prend plus de photos, ne dessine plus rien, ne trace aucun signe sur le sol, n’écrit aucun texte, se contentant d’avancer en traînant le fil électrique qui lui sert de radar derrière lui avec une sorte de résignation débilitante en plissant ses rainures avec des soupirs semblant des essoufflements de marathoniens.

J’ai coupé les cheveux de Maria hier soir, l’ai badigeonnée d’une sorte de teinture sombre et brune, lui ai passée mon pull-over large avec slogan totalement indicible appelant à la paix et à l’amour, pour lui donner un air si ce n’est masculin à tout le moins asexué car le danger est autour de nous. Elle marche à mes côtés en me donnant la main et ne dit mot, observant chaque objet, examinant chacune de ses coutures pour y déterminer en songe qu’elle ne souhaite pas partager quelle histoire se cache dans ses coutures et laisse parfois échapper un soupir, sans savoir s’il est de souffrance, de tristesse, de dépit ou de colère, un soupir qui provient du tréfonds de son corps et de son âme, un accablement définitif et un regret que je partage d’avoir été un jour humain ou peut-être de ne pas avoir réagi quand il fallait, quand on pouvait, quand c’était possible, non pas pour ces absents-ci mais pour ces absents-là, ceux-là et celles-ci qui nous côtoyaient de près ou de loin et que nous avons vu souffrir et partir sans réaction.

Notre étrange équipage avance hagard et sans voix, son attirail surréel ayant fait place à une tristesse de tous les temps.

IMG_1038

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

De rien malheureusement…


Chronique 55

De rien, malheureusement   

Il n’y a jamais de fausses vérités, seulement de vrais mensonges.

Je ne sais pas qui a dit ceci, je n’ai pas bonne mémoire, je suis depuis si longtemps en marge de la réalité avec mon groupe d’amis improbables, un extincteur fort sage, un Yéti anarchiste, trois pingouins amateurs de Piero Della Francesca, une autruche volante, flottante et trébuchante, Maria au regard intense et depuis peu un radiateur jaune artiste multiforme et une machine à gaz rondouillarde et politicienne, que j’aie perdu cette vertu qui autrefois était la mienne de me souvenir du nom des auteurs des livres que je lisais, du titre de leurs œuvres ou compositions, de la teneur de leurs propos… j’ai perdu cette faculté et ne le regrette pas tant que cela, après tout le travail d’un artiste ne lui appartient pas, il l’a reçu en gage et il doit le transmettre intensément, sans jamais s’arrêter, se reposer, se plaindre ou gémir, il doit le passer à celles ou ceux, peu importe qui, combien ou comment, qui un jour demain ou dans mille ans l’apprécieront, preuve peut-être que le vivant qu’il représente n’a pas été que mort et destruction.

Je dis ceci car dans notre démarche lente et persévérante, à peine freinée par les arrêts minutieux et incessants du radiateur photographe et les discours rébarbatifs de la machine à gaz rondouillarde soit disant présidente d’un groupement politique, nous avons pénétré une zone grise et sans âme, un village triste et poussiéreux, des murs détruits, des caisses renversées, des lits défaits, des tâches de sang, le rouge de la vie et celui de la mort, des fenêtre arrachés, des vêtements déchirés et depuis longtemps abandonnés ici et là, des traces d’objets ou sujets que l’on a déplacés avec fracas et brutalité, des pieux, bouteilles, pelles, outils laissés là sans que quiconque ne se soit souciés de jamais venir les rechercher, par peur, indifférence ou oubli, des toits défoncés, des portes éventrées, des tâches sombres, des tâches claires, des tâches rouges, si rouges, si tristes.

Nous avons marché lentement entre des bâtisses sans âme, dont l’histoire s’est perdue avec le vent et les palissades qui anciennement devaient garder des troupeaux, et avons regardé chaque objet dans sa parfaite inutilité et dérisoire présence, en négatif, l’empreinte d’une vie paisible qui a été mais n’est plus, de vies enchevêtrées et maintenant probablement détruites, de rires perdus à jamais, de cris de joie ou de cauchemars, des aboiements oubliés, des sons… des sons qui ne sont plus.

Car il y a une sorte de respect des éléments dans ce village oublié, dévasté et détruit, même le vent s’y glisse sans jamais le flétrir par le début d’un murmure, seuls les objets, empreintes d’un passé à jamais enfui et enfoui, semble parler à celui qui le contemple… et nous le contemplons, nous pauvres marionnettes d’un marionnettiste qui a oublié ses poupées et s’en est allé ailleurs, les a laissées sur le carreau, dans le sable et les cendres, dans la poussière et le sang, aux agissements directs de vivants sauvages mais ni humains ni bestiaux simplement primaires à peine primates, et indirects de forces beaucoup plus sombres, agitées par la seule volonté de puissance mariée à l’appétit de luxe, d’argent, de supériorité et d’arrogance, manipulées au loin par des humains qui ont oublié les conséquences de leurs actes, ou ne les ont pas oubliées mais s’en fichent, éperdument, peut-être parce qu’ils savent que la mort nous saisis tous et toutes, les meilleurs comme les pires, aujourd’hui, demain, dans dix ans ou dans cinquante, peu importe, une faucheuse qui finit par nous trouver toutes et tous, et nous jeter à droite ou à gauche comme un pauvre fichu grain de blé jamais oublié, et craquant sous la dent de celle-ci, et ils savent qu’ils ne craignent rien car tous les vénèrent et les craignent, et finissent même par les respecter et les féliciter pour leur gracieuse philanthropie, lettres de créances qu’ils soumettront à qui de droit, au cas où, et probablement à personne, cela ils le savent et se réconfortent dans leurs sommeils sans rêves.

Nous avons marché ainsi, hagards, sans plus d’espoir, Maria et moi pleurant pour les êtres humains, nos amis pleurant pour nous et pour la signification que la vie perd ainsi chaque jour, partout, ici comme ailleurs, morceau par morceau, brique par brique, pleur par pleur, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien.

Nous nous sommes assis en rond au milieu de ce qui fut la place principale du village et n’avons rien dit, pas un mot, pas un cri, pas un sourire, pas une larme, juste un grand silence, par respect pour celles et ceux qui ne sont plus et pour ce semblant d’âme, d’esprit et d’humanité qui chaque jour disparaît de ce monde.

Les vrais mensonges sont ceux qui veulent nous faire croire qu’un jour ceci finira et qu’humains nous redeviendrons.

Pour l’heure, je préfère être parmi les miens, un extincteur fort sage, une autruche volante, flottante et trébuchante, une machine à gaz rondouillarde, trois pingouins aux lunettes roses, Maria au regard si frais et aux cheveux si beaux et bouclés, et au radiateur jaune, artiste improbable qui dans la douceur de ce jour frais et malheureux a peiné à prendre plus d’une photo que je vous laisse en héritage.

20150228-231632.jpg

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Des inconvénients de la réincarnation et des travers d’un radiateur jaune artiste multiforme et d’une machine à gaz rondouillarde et politicienne


Chronique 54

Des inconvénients de la réincarnation et des travers d’un radiateur jaune artiste multiforme et d’une machine à gaz rondouillarde et politicienne  

Notre longue marche a débuté mais sous des auspices qui ne sont pas forcément les meilleures.

Certes, nous avons enfin réussi à surmonter cette déficience tant de l’origine que du but, nous ne nous mettons plus martel en tête quant à savoir si nous étions sur l’île de Vienne, la Mer d’Autriche, celle de Copenhague, ou les hauts-fonds d’Arezzo, nous ne souhaitons plus forcément atteindre les rivages de Bangkok, et ne croyons même plus que des forces inconnues ou malicieuses nous poursuivent pour nous accuser de tous les maux que la terre recèle. Tout cela est du passé. Nous savons que nous irons tout droit le long de cette route bitumée, noire sur le sable blanchâtre, bordée de lignes plus ou moins ininterrompues jaune, avec l’océan sinistre sur la gauche, et le désert affolant sur la droite.

Mais, nous marchons fort lentement et je ne vois pas comment nous pourrions dans un avenir proche accélérer le pas.

Nous n’avons pas forcément gagné au change comme l’a avoué en catimini ce brave et sage extincteur ce matin.

Nous étions quelque peu habitués au diatribes incessantes et déprimées du grille-pain existentialiste qui sortait de ses grilles les feuillets de Kierkegaard qu’il exhibait au tout venant de la même manière qu’ailleurs et en d’autres temps on le faisait du livre rouge, vert ou noir, des livres soi-disant saints. Nous supportions cela avec désinvolture d’autant que ses crises existentialistes terminaient forcément en larmes et soupirs que Maria parvenait en déposant les éclairs de son regard sur le corps démantibulé du grille-pain à confronter puis assouvir sans trop de problème. Il en était plus ou moins de même des coups de colère de ce bon vieux réfrigérateur que le Yéti anarchiste gérait lui aussi avec une certaine dose de réussite.

Les choses ont changé. Les amis d’autrefois sont devenus les amis d’aujourd’hui mais dans un des habits neufs.

En lieu et place d’un grille-pain existentialiste et d’un réfrigérateur colérique nous avons à faire à un radiateur jaune artiste polymorphe et une machine à gaz politicienne autoproclamée présidente d’un groupement politique intitulé COUAC. Ceci ne me dérangerait pas outre mesure – car chacun a le droit de s’exprimer comme il l’entend – si la posture de l’un et l’expression de l’autre ne posait des problèmes de logistique majeurs : nous progressons à vitesse d’escargot si je puis utiliser cette expression parfaitement impropre, mes excuses les plus plates aux escargots et limaces de toute race, nature, sexe et parure, il n’y avait dans mes propos aucune intention péjorative ni discriminatoire.

Le radiateur, artiste aux dimensions multiples, s’arrête très exactement toutes les 4 secondes et 33 dixièmes pour soit prendre en photo un morceau de caillou, une branche, un reflet du soleil, un bouton abandonné, une demi bouteille de plastique, une boite d’allumettes et, à chaque fois, la contemple sous tous ses aspects en dissertant sur sa beauté intrinsèque : « vous rendez-vous compte ce que le monde recèle de beauté en lui, chaque atome qui le compose est en soi une image de la perfection, qu’elle soit divine ou non cela n’a que peu d’importance. L’image que l’on néglige par trop souvent car l’œil n’y prête plus attention est pourtant truffée de beauté, à en déborder, à composer un océan de merveilles et de chef-d’œuvres. Nous devons chercher au fond de notre âme les échos de cette beauté passée et les laisser s’exprimer sans anicroche, sans filtre, sans recomposition. Regardez cette branche, le galbe de sa forme extérieure, la couleur des reflets du soleil sur ce bourgeon brûlé, regardez là-bas ces brins d’herbes qui sont encore dans leur gangue de rosée matinale et brillent de mille feux. Il s’agit de la réflexion de la beauté du monde dans chaque brique ou composant essentiel qui la compose de manière forcément discrète et invisible. »

Le discours m’importe peu, je vous l’avoue, même s’il est nauséeux, niaiseux et un brin sectaire, mais le fait de s’arrêter un nombre incalculable de fois me pèse d’autant que les rares moments de marche possibles sont à leur tour interrompus par la machine à gaz rondouillarde et politicienne qui s’exprime haut et fort à l’adresse de quelques cactus, fennecs, lézards, ou pierres ponces en tenant un langage mièvre et nauséabond : « Je vous ai compris, nous vous avons compris, nous ressentons au plus profond de nos êtres ces sentiments de frustration et souffrance, de peur et incompréhension, de gêne et dégoût, d’abandon et résignation. Nous les comprenons et les endossons. Nous avons créé cette confédération opportuniste et utopiste des anarchises contemplatifs pour vous porter sans autre ambition que celle de vous tendre une épaule fidèle sur laquelle vous pourrez pleurer tout votre soul. Nous ne sommes pas comme tant d’autres qui font les marchés une fois toutes les quatre ans et disent des âneries à droite et des âneries à gauche au gré des sondages juste pour vous hypnotiser, vous flatter, vous cajoler et recueillir vos votes. Nous cherchons autre chose, votre cœur et votre raison et voulons que ceux-ci choisissent sans autre forme de procès, jugement, analyse, ou étude. Nous voulons que de vous-même viennent ces appels à l’aide que plus personne n’entend et nul ne prononce car il y a trop de différences entre vous, la perle des vivants et eux qui ont répondu à l’appel de l’argent. Avec nous tout sera différent. L’avenir sera rose. Nous mettrons des pavés sur cette plage qui vous brûle les pieds, nous créerons des centres d’attraction sur les squelettes de baleine, nous abaisserons la température du soleil le jour et rehausserons celle de la lune la nuit, nous humidifierons ce sable qui vous brûle la peau et adoucirons vos nuits. Nous le ferons sans démagogie aucune… »

Maria nous a conseillé de ne rien dire pour le moment car nul ne sait quelles sont les conséquences d’une réincarnation mal finalisée. Elle nous a rappelés que s’il fallait agir avec subtilité lorsqu’un somnambule se promenait il pouvait en être de même avec nos amis. Nous devons être respectueux.

Ensuite, elle a noué des fils rouges autour des becs des trois pingouins amateurs de Piero Della Francesca et un fil orange sur l’autruche volante, flottante et trébuchante. Quant au Yéti anarchiste elle lui a demandé de porter l’extincteur sur son dos et de lui faire la conversation.

Elle ne m’a rien dit mais j’ai senti son regard se poser sur moi et les galaxies entières y compris la plus ancienne que l’on vient de discerner récemment se sont mises à danser sur l’écran bleu de mes paupières. Je n’en dirai pas plus pour profiter de ce feu d’artifice.

IMG_1539

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Des propos entendus sur la réincarnation, de Rees et Hawking, des molécules d’air respirées par Piero della Francesca, et du devenir du grille-pain existentialiste et du réfrigérateur colérique


Des propos entendus sur la réincarnation, de Rees et Hawking, des molécules d’air respirées par Piero della Francesca, et du devenir du grille-pain existentialiste et du réfrigérateur colérique

Les choses ont repris leur cours, sinueux et alambiqué certes mais en mouvement. Rien de pire que la stagnation, l’arrêt ou la pause qui progressivement projette tout être en dehors du train de la vie.

Nous étions, vous vous en souvenez peut-être, ou peut-être pas, mais cela ne fait rien, je n’en prends pas ombrage car moi-même je m’y perds souvent, sur une plage désertique au milieu de nulle part mais avec une route à proximité la longeant et un désert de l’autre côté. Les trois pingouins amateurs de Piero della Francesca nous ont installé une sorte de nid pas très douillet au milieu d’un squelette de baleine qui traînait par là pour une raison qui m’échappe ce qui a permis à chacun et chacune de se remettre de ses émotions.

Le grand problème de ce jour a été le réveil de nos amis grille-pain existentialiste et réfrigérateur colérique réincarnés suites aux explosions des jours précédents en, respectivement, radiateur jaune et machine à gaz rondouillarde. Nous étions dans l’expectative, ne savions pas si nous allions retrouver leur esprit initial dans des corps nouveaux ou des âmes neuves dans des circuits transformés.

N’étant pas grand spécialiste de la réincarnation, un athée l’étant rarement, je me suis placé en retrait et ai laissé les experts s’exprimer notamment l’extincteur fort sage qui a supposé que nos deux amis conserveraient quelques souvenirs de leur existence ancienne mais à l’état de relique harmonieuse et abstraite tandis que les pingouins ont fait remarquer qu’étant eux-mêmes l’une des facettes de Piero réincarnés en pingouins il leur arrivait de se rappeler des détails pittoresques de la vie de leur maître et ascendant direct.

Le Yéti anarchiste de par son origine himalayenne, ayant vécu sur le toit du monde à proximité des êtres célestes s’il en est les a fait taire et s’est exprimé de la manière suivante : « le propre de la réincarnation est d’être différente au cas par cas. Le Grand Yéti Bleu faisait toujours remarquer que nous charrions en nous les espérances des générations passées et futures mais ne nous souvenions pas forcément les détails de celles-ci ni de leurs supports. D’ailleurs nous sommes en communion avec le monde et étant constitués d’atomes par milliards, nous sommes constitués au sens premier du terme des blocs infimes ayant constitué les objets, sujets, corps ou masses de tout ce qui nous a précédé. Dans nos poumons passent des molécules d’oxygène qui sont passés dans les poumons de Piero della Francesca. En ce sens, nous humons le monde tel qu’il est et tel qu’il a été dans toutes les phases de ses existences passées et à venir et quelles que puissent être le nombre de dimensions que Rees ou Hawkins s’amusent à déchiffrer. »

Les pingouins s’apprêtaient à lancer une vertèbre de baleine sur la face du Yéti lorsque Maria leur a enjoint de se taire nos deux amis endormis donnant des signes de réveil.

Nous nous sommes précipités enthousiastes tels des parents multiples se réjouissant de la naissance d’une nouvelle progéniture et avons regardé les deux êtres projeter dans l’air marin leurs premiers mots.

Le radiateur jaune, issu du charmant grille-pain existentialiste et kierkegaardien s’est exprimé le premier en murmurant : « le monde est beau. Le soleil luit dans le ciel et la moindre parcelle de vie recèle en elle une parcelle de beauté. Le grain de sable, l’os de baleine, la plaque de béton, les vis d’un mécanisme, le cheveu de Maria, le bouton de manchette du pingouin, le sonnet de l’autruche volante, flottante et trébuchante et même le grain de peau du narrateur sans nom sont beaux et représentent un tout. » Il s’est tu en souriant. J’étais sidéré. Comment un existentialiste ténébreux et dépressif pouvait-il prononcer de tels mots ? Le radiateur se reposait et je l’ai admiré, une sorte de plissement des rainures du coté, par rides et ondulation, un mouvement quantique en quelque sorte, se propageant jusqu’à la base électrique et s’exprimant en l’air par un jet de chaleur. Maria a souri et commenté que nous avions gagné parmi nous un photographe de l’infiniment petit et que ceci serait une grande valeur ajoutée à notre groupe multiforme.

Puis, avant qu’elle n’ait pu finir ses propos, la machine à gaz s’est elle aussi exprimée mais avec force et conviction : « C’est exact, chaque élément du groupe doit éprouver une forme de satisfaction pour que la société dans son ensemble puisse avancer vers l’épanouissement. Chacun doit trouver sa place et une parcelle de bonheur. Lorsque je serais élu, et je ne doute pas un instant que vous ne m’accordiez vos suffrages, je ferai en sorte que chacun d’entre vous, quelle que soit sa taille, ses souhaits, ses rêves ou exigences, trouve dans les actes de mon gouvernement un sujet de satisfaction. Ensemble nous serons forts, isolés nous ne serons pas. Les excès et mensonges des gouvernements passés seront combattus et sur le lit de leur infamie nous bâtirons une société meilleure. »

Maria n’a rien dit mais j’ai dit ce que tout le monde pensait probablement tout bas, à savoir que nous avions perdu un être colérique et impulsif et gagné un politicien opportuniste. Le Yéti a souligné que la politique devait être anarchique ou pas et que c’est ce qu’il imposerait lorsqu’il serait nommé Pape, une bonne vieille rengaine qui ne nous fait même plus sourire. La machine à gaz opportuniste a surenchéri en commentant nos propos : « Chers amis, je vous ai compris, je vais de ce pas créer un nouveau mouvement, le COUAC, la confédération Opportuniste et Utopique des Anarchiste Contemplatifs dont je suis honoré et heureux que vous ayez le courage de me confier sa présidence dans ces moments difficiles. Je compte sur vous. Je suis des vôtres et guiderai vos pas vers un futur radieux. »

Radieux ou pas le futur est devant nous, et notant ce fait prodigieusement novateur j’ai suggéré aux uns et aux autres de prendre leurs affaires de commencer notre longue marche sur la route en bitume. Ayant à opter entre la droite ou la gauche, j’ai choisi cette dernière car elle semblait délinéer la voie la plus ombragée. A demain pour un lever de soleil plein d’espoir…
20150131-232143.jpg

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Du sérieux des auteurs de cette chronique, de l’esprit cartésien des extincteurs, de John Cage, du nez de Maria et d’un sonnet d’une autruche volante, flottante et trébuchante


Chronique – 53

Du sérieux des auteurs de cette chronique, de l’esprit cartésien des extincteurs, de John Cage, du nez de Maria et d’un sonnet d’une autruche volante, flottante et trébuchante

Non, contrairement à ce que vous pourriez penser nous ne nous trouvons pas sur une île déserte et non, je ne suis pas en train de vous raconter des sornettes sur fond de nouvelle circonvolution du temps ou de mon esprit particulièrement épuisé après tant de fuites éperdues, traumatismes émotionnels, situations dramatiques et incomprises, et non, je n’abuse pas de votre amabilité ni de votre diligence en lisant ces lignes, je vous respecte trop pour cela, et je dis ceci sans malice aucune, non, non, non et non, je ne vais pas vous faire le coup des baignoires qui s’enfuient puis coulent ni du banc de sable quelque part sur la soi-disant Mer d’Autriche – car nous savons depuis un certain temps déjà qu’il y a des probabilités que j’évaluerais entre 67,33 et 76,19 % pour que nous soyons ailleurs qu’entre la belle et bonne vieille île de Vienne et la chapelle d’Arezzo enfouie sous les Alpes, elles-mêmes recouvertes par les vagues bleu tendre de ladite Mer d’Autriche.

Non, je ne vous ferai pas un tel affront pour une raison qui est finalement assez simple : les braves marins du navire philanthropique affrontant vents et marées pour livrer leurs cargaisons humanitaires à quelques honorables militaires déchus ou autres bonnes âmes de même acabit ont eu l’extrême bonté de nous laisser sur une belle et longue langue de sable aux abords d’un désert continental s’étendant sur des milles, des kilomètres, des nœuds, des pas ou ce que vous voudrez, longé par une sympathique route bien grise et élégante, toute droite, toute belle, bordée par une ligne jaune à droite et jaune à gauche comme cela vous ne pouvez pas vous tromper en disant droite ou gauche, c’est une idée assez sympathique avouez-le.

L’extincteur fort sage et penseur a tiré trois conclusions de ces faits simples et précis : (i) nous venons de sortir d’une Mer ou d’un Océan, (ii) nous nous trouvons sur une plage abandonnée de tous et toutes, même les baleines, (iii) une route longe la mer venant d’un certain lieu et se dirigeant vers un autre, (iv) un désert empêche d’évidence de s’enfoncer de manière quasiment perpendiculaire à la route par crainte de se perdre, (v) qui dit route dit forcément véhicule, (vi) qui dit véhicule dit conducteurs vivants car s’il étaient morts ils ne conduiraient plus ayant autre chose à faire de plus intéressant, (vii) qui dit conducteurs vivants dit possibilité de secours et (viii) qui dit secours dit possibilité de ne pas mourir ici bêtement, stupidement et niaisement après avoir assisté à la réincarnation d’un grille-pain existentialiste en radiateur jaune et d’un réfrigérateur colérique en machine à gaz.

Le Yéti anarchiste a fait remarquer que cela faisait bien plus que trois conclusions mais l’extincteur a rétorqué que s’il avait des épaules il les hausserait.

Maria a pris les choses en main en interrompant ces chers pourfendeurs de vérités difficilement discernables car naturellement qui d’autres que des penseurs de renom auraient pu arriver à de telles conclusions et elle a souligné que nous devions nous dépêcher d’attendre dans cet abri constitué par un squelette de baleine improvisé portail d’un futur centre touristique à venir, pour permettre aux deux ressuscités de se remettre de leur rédemption et de manifester quelques signes de vie.

Nous avons abondé en son sens même si elle n’a pas attendu notre réaction sachant implicitement que nul d’entre nous, surtout pas moi, n’oserait mettre en doute la véracité et pertinence de ses propos, propos prononcés par des lèvres d’une sinuosité parfaite en dessous d’un nez qui s’il avait été aperçu par Cléopâtre lui aurait valu les pires difficultés et encore en dessous d’une paire d’yeux dans lequel le simple plongeon équivaut à la perte de toute notion du temps, du lieu, de soi-même et d’autrui pour 4’ et 33’’.

Tout ceci vous permet de constater qu’espoir il y a et qu’île il n’y a pas et qu’ainsi les perspectives de trouver un sens à notre fuite et marche ne sont pas insignifiantes.

Les trois pingouins ont d’ailleurs entrepris de creuser sous le squelette pour rechercher les tuiles de la chapelle d’Arezzo tandis que l’autruche volante, flottante et trébuchante nous a livré un nouveau sonnet, cette fois-ci non musical, que je vous offre en cette charmante veille de week-end :

« Après moi le déluge, Viennent les girafes, Chantent les mosaïques, Crissent les pneus, Obtempèrent les paysans, Estiment les notaires, Plaisent les plaisants et Cuvent les cuveurs, Moi je m’en fiche et vais en friche. »

§753 - Copy

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Chronique – 51


Des conséquences de deux réincarnations, du syndrome de la poupée russe et de la corne d’abondance inversée, de Dumas, des squelettes de baleines, et d’une plage peu accueillante

Que dire?

Les choses ne fonctionnent jamais exactement comme on le souhaiterait.

Les mauvaises nouvelles alternent avec les bonnes et inversement. Les sujets d’anxiété s’incrustent les uns dans les autres de telle manière que lorsque, par chance ou suite à des efforts considérables, peu importe, une situation est surmontée au lieu d’en profiter et de jouir profondément de ce répit, le vivant focalise son attention sur l’angoisse ou le dépit suivant et ne profite que rarement de la parenthèse qui s’est ouverte dans son long combat avec la mort, l’ultime limite. Il y a là une juxtaposition similaire au syndrome de la poupée russe et du mythe de la corne d’abondance avec la toute petite nuance que cette dernière ne déverse pas de l’or mais un océan de perplexité, d’angoisse, de stress, de malignité et d’embarras.

Comme je vous l’ai dit hier, grâce aux efforts de Maria nos chers amis défunts, le grille-pain existentialiste et le réfrigérateur colérique, ont resurgi de leurs cendres et se sont réincarnés respectivement en un radiateur jaune et une machine à gaz ronde et trépidante.

Nos phénix ne se sont guère exprimés jusqu’à présent et nous n’avons pu encore saisir l’ampleur des changements que ceci a suscités et nous ne savons pas, par exemple, si la transmutation ou résurrection s’est accompagnée d’une altération de leur pensée ou caractère. Il est juste de les laisser se reposer mais nous sommes impatients, et ceci est compréhensible, d’appréhender ces différences éventuelles qui débordent assurément du simple changement physique et vont au-delà de la forme, de la voix ou des traits extérieurs.

Nous aurions dû nous réjouir, rire, chanter, danser, trinquer, virevolter tels des derviches tourneurs en phase avec leurs croyance et créateur.

Loin de là ! Absolument pas.

Nous nous sommes retrouvés assis dans notre cabine et nous sommes interrogés sur quantités de questions triviales ou substantielles, ce qui nous a plongés dans une atmosphère grise et humide, un brouillard mental ne nous permettant pas de balayer tout cela d’un revers de la main et nous dire que la vie était belle.

Les choses se sont ensuite dégradées lorsque le capitaine, un homme pourtant charmant et qui l’avant-veille nous avait guidé dans les entrailles de son navire et nous avait présenté les magnifiques objets qu’il amenait de par le monde pour des raisons de pure philanthropie, s’est enquis de manière fort sèche des circonstances ayant conduit à l’explosion du grille-pain et l’implosion du réfrigérateur. Il s’est en effet inquiété des cris des trois pingouins amateurs de Piero della Francesca et des chants insupportables de l’autruche volante, flottante et trébuchante et nous a demandé pour quelles raisons nous avions introduit de manière clandestine un radiateur et une machine à gaz sur un navire dérivant dans des eaux non point troubles mais tropicales.

J’ai essayé de le rassurer et lui ai expliqué les tenants et aboutissants de la métempsycose de nos deux amis mais cela n’a fait que le plonger d’abord dans un océan de béatitude puis dans une colère sombre. Après coup j’ai réalisé que la béatitude devait avoir été provoquée par sa plongée non pas dans le regard de Maria mais son décolleté qui pourtant demeure toujours très prude. La colère sombre était me semble-t-il directement liée à ce qu’il a nommé en passant ma folie douce. Il nous a donc enjoint sans une forme d’ambiguïté de quitter le navire à la première occasion, c’est-à-dire immédiatement, tout en précisant de manière fort amicale que Maria demeurait la bienvenue.

Il a ajouté que ces explosions et bruits inqualifiables le conduisait à nous identifier à des trafiquants de bas étage et qu’il souhaitait rester en dehors de tout cela lui qui œuvrait pour le bien commun, la félicité publique, le bonheur universel et la joie illustre des humains de toute condition et situation.

Nous avons fait corps et avons décidé de quitter ensemble, tels des personnages de Dumas, le navire lorsque les circonstances le permettraient. Le Yéti anarchiste s’est cependant senti obligé de ricaner et dire sur un ton parfaitement méprisant qu’au vu des contours des machines agricoles, des engrais, des armes de chasse et des autres objets truffant le navire, si trafic il y avait il devait être d’une autre origine que la nôtre et de niveau infiniment supérieur à celui qu’il avait eu la bonté d’évoquer auparavant.

La situation s’est envenimée et le capitaine a quitté la cabine sur le champ et ses hommes de camp, de main, de pied et de choix nous ont propulsés hors du navire à 100 mètres d’une plage grise sinistre avec squelettes de baleines et troncs pourris comme horizons et champs mélodieux.

Nous avons éprouvé les pires difficultés du monde à nager jusqu’à ladite côte, imaginez l’atroce douleur qui a été celle du Yéti, de l’autruche et de moi-même après avoir trainé un radiateur, une machine à gaz et un extincteur hors de cette eau qui avait perdu sa couleur émeraude depuis longtemps, probablement nettoyée par quelque autre philanthrope de haut étage titillé par l’appât du gain et des couleurs.

Les trois pingouins nous ont précédé sur l’île et se sont installés au milieu du squelette de baleine le plus proche qu’ils ont décrété être la porte d’entrée du parc d’attraction le plus proche.

Je ne les ai pas contredits étant pour ma part par trop perturbé par la difficulté de la nage en conditions difficiles.

Nous sommes à nouveau assis en rond et avons très froid. Les étoiles se sont levées sur une mer déchainée et la lune nous a vaguement salués mais avec suffisance. Il n’y a plus d’amour à Saint-Pétersbourg a conclu l’autruche a qui nous avons délicatement demandé de s’arrêter là dans sa chanson printanière pour nous laisser le soin de nous endormir ainsi, chichement et froidement.

§551

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized