Fragments d’épopée – 10


La disparition de Eux et Nostra

 

Le pays de Naos n’existait plus

Celui de Babel avait été détruit par le peuple de Naos

Celui de Naos l’avait été par les chevelus

Celui des chevelus n’avait jamais vraiment existé

Les enfants de Babel et de Naos vengèrent leurs pères et mères et assassinèrent les uns après les autres tous les chevelus qui demeuraient et usèrent de la même fureur et du même aveuglement que ceux déployés par es parents de leurs victimes

Le sang ne cessa de couler et la misère de se répandre

Les autres peuplades des contrées oubliées en profitèrent pour se rebeller à leur tour et s’aventurer dans le pays de Naos et y semer d’avantage de chaos encore

Dans un pays qui comptait près de sept cent trois territoires et autant de royaumes ou pays

Et Eus et Nostra ayant atteint un âge plus que respectable pour des géants qui d’habitude ne vivaient guère au-delà de quatre-vingt ans

Se désolaient du malheur frappant ceux qui avaient osé défier les Eléments et leurs alliés qui s’appelaient dieux, déesses, prophètes, saints, idoles, justes, héros, bienheureux, élus, augures ou croyants

Pleuraient la mort et la douleur, l’infamie et l’horreur des guerres qui ne semblaient jamais devoir finir

Et se demandaient s’il y avait un moyen de contrer les desseins de ces derniers

Ils s’isolèrent durant quinze ans dans une ville que l’on appelait Nessoriya

Et lorsqu’ils sentirent que la mort s’approchait d’eux

Conclurent que lutter contre les Eléments et leurs alliés

Ne conduisaient qu’à l’horreur de guerre sans fin

Et que se soumettre impliquait des horreurs et malheurs supplémentaires

Que les Eléments et leurs alliés souhaitaient nommer et compter

Pour affronter le Principe qui avant de sombrer dans la Grande Torpeur avait déclenché le Glissement à Rebours

Et le renverser puis le remplacer

Ils s’attristèrent du comportement des enfants de Babel et de ceux de Naos qui se comportaient dans le combat comme les enfants des Eléments et de leurs alliés et conclurent que le combat était voué à l’échec

Que la soumission l’était aussi

Que le malheur était le seul fait des vivants

Et que pour se soustraire aux méfaits des Eléments et leurs alliés

Il suffisait de se laisser aller dans le grand oubli

Dans la perte des sens et de la vie

Car les morts perdent leurs noms
Et ne peuvent plus compter pour ceux qui cherchent à inscrire comme vérité suprême leur domination sur les vivants et toute chose ou être nés de leur propre volition

Eus et Nostra cessèrent de s’alimenter

Se tinrent allongés la main dans la main

Face à l’océan qu’ils aimaient

Et partirent au bout de quelques jours au couchant d’un soleil qui brulait les ors du ciel mais qu’ils ne voyaient plus

Entourés de ceux qui subsistaient des géants de Babel et du peuple de Naos

Les enfants de Babel et de Naos, ceux des chevelus et des autres, pleurèrent le départ volontaire des seuls êtres n’ayant jamais voulu leur guider leur conduite

Et conclurent eux aussi que leur acte était juste et sage

Et les suivirent dans leur geste

Et les rejoignirent en quelques jours seulement

Laissant des Eléments régner sur des contrées sauvages et sans vivants

Sur un monde de chaos et ruines

Fumantes pour certaines encore

Pierre et métal fondus et entremêlés

Boue et sang mélangés et répandus en longs fleuves sombres

Sans ombre de quelque vivant que ce soit

Sans témoin des conflits passés

Rébellions vaincues mais finalement vainqueurs

Puisque si les vivants avaient disparu

Les Eléments et leurs alliés furent forcés d’en faire de même

Et le silence plus atone que la mort s’installa sur une terre dorénavant stérile

Marquant la victoire de vivants sur des Eléments et leurs alliés

Tandis que le Principe s’ébroua vaguement dans sa grande Torpeur

Soulagé de constater que quelque part, enfin, l’anarchie et le chaos semblaient devoir se combler et disparaitre

Et que le grand Glissement à Rebours était bel et bien engagé

La vie est neige et répétition


Fragments d’épopée – 9


La folie de Spica

 

Lorsque Spica et les chevelus se ruèrent sur le peuple de Naos

Celui-ci ne parvenait pas à se remettre de la fatalité et la cruauté d’un destin d’autant plus amer que la victoire sur Babel avait été éclatante

Trois générations d’innommables s’étaient succédées et avaient vécu dans des conditions difficiles

Les maux s’étaient abattus sur Naos tels des mouches sur des visages accablés de chaleur et transpiration

Lorsque les chevelus déferlèrent par vagues incessantes et tumultueuses sur les villes de Naos ils purent les détruire les unes après les autres sans rencontrer de grande résistance

Car le peuple de Naos n’était pas guerrier

Et sa résistance était amoindrie par le fait des Eléments et de leurs alliés

Spica précipita ses armées sur un peuple et un sol appauvri

Les chevelus se précipitèrent sur les cités de Naos

Se ruant sur l’une après avoir ruiné l’autre

N’en épargnant pratiquement aucune

Pillant et tuant

Violant et torturant

Pour le plaisir d’offrir aux idoles qu’ils vénéraient et aux dieux qu’ils respectaient le sang de ceux qui s’étaient rebellés

Et ne restait après leur passage qu’un unique et monotone paysage de mort et de souffrance

Mais le pays de Naos était vaste

Et le peuple des chevelus stupide et inconscient

Laissant derrière eux des victimes nombreuses

Mais également des blessés par milliers

Qui finirent par se regrouper

Et cessèrent de penser que le salut viendrait des autres

Et se regroupèrent

Et oublièrent les dogmes de ceux qui n’étaient déjà plus

Et comprirent que la mort se propageait

Et que s’ils ne faisaient rien elle vaincrait

Et avec elle les Eléments et leurs alliés

Ils profitèrent de la folie de Spica

De sa suffisance

Et de son inconscience

Qui prolongeait toujours plus loin dans le pays de Naos

Vaste et sans limite autre que la mer et les océans

Son assaut brutal et sanguinaire

Oubliant que les terres de Naos ne portaient pas assez de blé pour nourrir les siens et encore moins les terribles envahisseurs

Oubliant également que s’enfonçant à grande vitesse dans ces terres

Ils laissaient aux blessés derrière eux le temps et la haine nécessaires pour les transformer de nabots inexpérimentés en guerriers assoiffés de revanche

Spica était enivré de ses victoires

Qui s’était érigé en dieu vivant et se faisait porter sur un siège d’or par huit esclaves que l’on assassinait chaque soir au coucher du soleil

Qui buvait le sang des meilleurs combattants de Naos

Qui se complaisait dans les bras de celles de Naos qui lui paraissaient à son gré et dévorait devant elle la cervelle de leurs pères

Qui faisait fondre les portes de chaque ville pour les transformer en statue à son effigie

Et qui décida de redoubler de virulence dans ses attaques et divisa ses armées en quatre bras qu’il envoya dans chaque direction

Pour rester seul dans la capitale de Naos avec ses esclaves et son armée de prêtres et soldats prêts à mourir pour le servir

Le conflit dura plus de cent cinquante deux ans

Les armées du Sud et de l’Ouest progressèrent rapidement

Celles du Nord et de l’Est s’enlisèrent après des succès initiaux mais fragiles

Détruisant tout sur leur passage, les chevelus avançaient avec fougue mais sans que ravitaillement ou pacification ne soient obtenus

Abandonnant derrière eux des villes détruites, quasi-désertes, laissées à elles-mêmes dans une misère infinie

Comptant sur les richesses à venir pour subsister

Et la distance entre les armées et Spica ne cessa d’augmenter

Créant des présences fortes mais sans coordination

Mouvant d’un lieu à l’autre sans réponse aux questions posées

Sans contact avec le guide suprême

Et cessant bientôt de se remémorer son être

Il y eut bientôt quatre généraux qui s’imposèrent à leur tour comme des demi-dieux

Se rasèrent entièrement

Et se firent ériger à leur tour des statues et fondre des pièces à leur effigie

Ceux du Sud et de l’Ouest, qui se nommèrent Devida et Deneleab, disparurent dans leurs contrées éloignées et nul ne vint les troubler

Pas même des émissaires de Spica qui se perdirent dans les déserts que laissèrent derrière elles des armées assoiffées de gloire et de puissance

Et furent ainsi oubliés tant par leur maître que par leurs anciens congénères

Tandis que les armées de Delebera et Degina furent très rapidement confrontés à des résistances fortes dont l’intensité fut accrue par l’hostilité des évènements et furent contraints à lutter pied à pied pour avancer sur des terrains délicats et dangereux

Le peuple de Naos, repoussé dans ses retranchements, ayant perdu l’illusion que le bonheur et l’amour prêchés à tout crin pouvaient les sauver face à des peuplades cruelles et sans autre conscience que celle d’assouvir le destin promis par les Eléments et leurs alliés, se mit à élaborer stratégies et plans

Et devint de plus en plus aguerri aux guerres qu’autrefois il menait par l’intermédiaire des pères des chevelus actuels

Et confronta Spica et ses anciens généraux

En l’attaquant là où ils étaient le plus fragiles

Dans l’absence de ravitaillement

La méconnaissance du terrain

La suffisance

L’aveuglement de ceux qui s’imaginent puissants

Et l’habitude des victoires qui diminue la soif du combat

Et plus encore la haine qui s’était installée entre les guides dits suprêmes et leurs propres armées

Le peuple de Naos s’organisa

Il pactisa avec les géants de Babel qui progressivement s’étaient installés dans les villes laissées désertes par les combats meurtriers entre Naos et Chevelus

En concluant que mieux valait s’unir face aux forces que les Eléments et leurs alliés qui s’appelaient dieux, déesses, prophètes, saints, idoles, justes, héros, bienheureux, élus, augures ou croyants avaient mis en mouvement plutôt que mener un combat inutile et contreproductif

Et s’attaquant aux généraux plutôt qu’aux soldats

Semant l’anarchie

Empoisonnant, attaquant à l’improviste par petits groupes isolés, incendiant les palais, brulant les statues des soi-disant dieux vivants, répandant les trésors dans les rues pour enrichir les castes les plus basses

Et assassinant les chevelus lorsqu’ils se trouvaient seuls

Les forçant ainsi à demeurer enfermés dans des leurs citadelles

Et les empêchant de cultiver ce qui les aurait permis de survivre

Le premier à être assassiné fut Deneleab que ses chevelus trouvèrent les yeux crevés dans une flaque de sang et des masses de cheveux collés sur le corps

Le second fut Delebera qui s’étouffa empoisonné lors du mariage de sa fille à un lieutenant de Spica venu le trouver pour lui demander au nom de celui-ci d’accélérer la pacification de son secteur et qui ainsi fut considéré comme l’instigateur de la mort du général des armées du Nord et provoqua la révolte de ces dernières

Le troisième fut Devida qui fut déchiqueté par un molosse que des géants de Naos avaient dressé et affamé durant dix jours et lancé à sa poursuite lors d’une chasse destinée à apaiser une divinité que l’on disait assignée au bien-être des femmes enceintes

Et le quatrième fut Degina retrouvé une lame dans le sternum et une autre dans le bas ventre tandis qu’un autre émissaire de Spica se trouvait à ses côtés endormi par le fait d’une potion préparée par un esclave de Naos

L’anarchie s’installa et la guerre civile prospéra durant laquelle nul ne fut épargné

Le pays de Naos se trouva décimé par les guerres intestines, les ravages des chevelus et la résistance du peuple de Naos et celui des géants de Babel

Et le vaste territoire fut divisé en sept cent trois territoires

Aux mains des uns ou des autres

Selon le hasard des armes

Et celui des destins

Spica finit par mourir, oublieux des guerres et des rébellions, seul au milieu de son corps rapproché qui lui cacha jusqu’au dernier moment que de victoire il n’y avait même plus l’ombre

Il mourut de vieillesse

Dans les bras de ses maîtresses

Ivre de vin et de stupre

Dans son sommeil

Tel un bienheureux

Persuadé que sa destinée était inscrite dans les astres

Et que sa renommée ne s’oublierait jamais

Et que ses statues brilleraient à l’infini des temps et des mondes

Sans imaginer que l’une et les autres disparurent dans la nuit qui suivit l’annonce de sa disparition

Cent cinquante deux ans après le début de l’invasion

 

 

 

Fragments d’épopée – 8


Les enfants de Babel

 

 

Durant les cinquante-sept années noires de Naos

Et tandis que les ruines de Babel achevaient de se consumer

Eux et Nostra

Progressivement

Comprirent qu’ils ne pourraient eux non plus restés isolés

Du monde qui les entourait

Et que s’ils continuaient à le faire

Ils finiraient par tomber dans les mêmes excès que leurs congénères

Feu les géants de Babel

Ils virent autour d’eux les corps des géants se putréfier et être dévorés par les charognes

Ils entendirent les cris des martyrs et des vieillards qui partaient vers les horizons de leur mort sans connaître le répit d’une mort dans le sommeil

Ils observèrent des enfants errants sans buts ni compréhension

Sur les champs de ruine fumant

Que Babel était devenu

Et pleurèrent en les voyant ainsi

Et comprirent qu’ils ne pouvaient les dédaigner simplement parce qu’ils étaient les enfants de doctrinaires

Et de tyrans

Et les recueillirent auprès d’eux

Leur transmettant des valeurs de respect et humilité

Tolérance et compassion

Et distance par rapport aux évènements d’un univers dont ils étaient des pions sans importance particulière mais dont il fallait éviter qu’ils ne deviennent les jouets des Eléments et de leurs alliés qui s’appelaient dieux, déesses, prophètes, saints, idoles, justes, héros, bienheureux, élus, augures ou croyants

Ils leur enseignèrent les lois de la vie

Leur démontrèrent l’absurdité de ce qu’avaient professé leurs ancêtres

Et les amenèrent à vivre leur vie sans essayer de comprendre le sens de ce qui n’en a pas

Leur firent comprendre qu’au-delà des Eléments et leurs alliés, peut-être un jour le Principe s’éveillerait de sa Torpeur et accélérerait le lent Glissement à rebours et que s’achèverait ainsi le temps des Conflits

Les enfants grandirent dans cet esprit

Et se nommèrent Vos, Nos, Jè, Tou, Li, Na, El et ainsi de suite

Jusqu’à l’oméga d’un alphabet ancien que les géants avaient prétendu oublier

Et qui n’était autre que l’expression du long et profond son

Que le silence dans l’obscurité des espaces infinis

Se faisait l’écho pour l’éternité

Ils devinrent nombreux mais pas multiples

Car les géants ne vivaient pas aussi longtemps que les innommables formant le peuple de Naos

Et certains des géants n’étaient pas acceptés car ils colportaient encore les théories et dogmes que leurs parents leur avaient inculqués

Et d’autres finissaient par s’enfuir vers des contrées lointaines pour s’isoler au sein de nouvelles forteresses aux enceintes sept fois plus grandes

Mais toutes aussi vulnérables que celles de la défunte Babel

Les enfants de Babel prospéraient mais consciencieusement et lentement

Sans se douter qu’agissant ainsi ils se préservaient de la furie de ceux qui, ailleurs, préparaient une fulgurante et longue agonie pour les vainqueurs des temps jadis