Fragments d’épopée – 6


Le règne des innommables

 

 

Or donc

A l’extérieur de Babel

Sur les terres qu’on appelait de Naos

Des peuples vivaient qui rejetaient eux aussi la folie des Eléments et de leurs alliés

Mais refusaient également la folie de Babel

S’employant à professer la paix universelle

L’amour infini

La joie et le bonheur

Et rejetaient toute tentative de chaos et de mort

Toute trace d’animosité

Qu’ils combattaient par la violence

Car une violence unique était tolérable

Disaient-ils

Si elle anéantissait une société décadente et pécheresse

Le peuple de Naos était constitué d’erres de taille modeste mais fort intelligents et solides

Pouvant vivre près de trois cent ans

Quatre fois plus que les géants de Babel

Ils étaient dirigés par un roi désigné par ses pairs

Et régnant jusqu’à sa mort

Et la société n’avait pas de structure autre que celle-ci

Et tous vivaient heureux et pacifiquement

Ceux qui ne le pouvaient ou ne le voulaient pas étaient condamnés à se suicider

Car le bonheur ne pouvait être affecté de dépression ou contrition

Le peuple de Naos était composé d’erres n’ayant pas de noms

Car ils refusaient de se nommer

Et même leur roi n’avait d’autre nom que celui de sa fonction

Sachant que les Eléments et leurs alliés souffraient de l’obsession de se nommer

Pour pouvoir se compter et se comparer et ainsi affirmer leur prédominance

Pour assurer ainsi leur domination sur les autres Eléments et s’affirmer ainsi à termes comme égal au Principe

Et le soumettre puis le démettre

Avant que le glissement à rebours n’ait absorbé et dilué toutes et tous

Dans la disparition finale

Et que l’un soit redevenu l’un pour la fin des temps

C’est ainsi que le peuple de Naos refusait de se nommer

Et que nul n’avait de nom

Et n’en n’avait pas besoin, se reconnaissant soit comme membre du peuple de Naos soit comme innommé

Les autres peuples les désignaient sous le vocable d’innommables

Ce qui les réjouissait

Ils ne savaient combattre

Mais ils recrutaient leurs mercenaires chez les chevelus

Des peuples arriérés et brutaux

Vivant au-delà des océans ou des mers

Venant des terres lointaines

Amères et sans nom

Vivant encore sous le joug des Eléments et de leurs alliés

Le peuple de Naos les recrutait

Pour écraser ceux qui ne voulaient s’aimer

Puisque la violence n’était admissible

Que si elle permettait d’éradiquer les infections de violence et de mort

Et lorsque leur travail de mort était achevé

Ils les renvoyaient dans leur pays dont le soleil ne caressait jamais la surface

Les chevelus portaient des noms, des prénoms et des vocables

Mais ne les utilisaient pas lorsqu’ils vivaient aux marges du pays des Naos

Profitant de leur largesse pour autant qu’ils demeurent silencieux et respectueux

Envers leurs maîtres du peuple des Naos

Ils les respectaient comme un chien mauvais obéit à son maître

Ou le faucon à son dompteur

Ou le cheval à un cavalier brutal

Sans résistance mais sans conviction ni respect

Par devoir ou crainte

Non point par amour ou compassion

Le peuple de Naos étendait son règne sur un territoire immense

Allant des frontières maritimes naturelles  aux sommets enneigés ou aux fleuves infranchissables

Ne connaissant nul voisin immédiat

Si ce n’était le pays des géants de Babel

Qui s’était isolé à tout jamais des vicissitudes des Eléments et de leurs alliés

Mais dont les préceptes n’étaient en rien ceux professés par le peuple de Naos

Et qui donc projetait depuis des siècles d’abattre en une attaque unique

Mais définitive

Toute trace du peuple convaincu mais vicieux de Babel

Et pour se faire amassait autour des sept enceintes des régiments immenses de chevelus

Prêts à fondre sans merci

En une vague immense et cruelle

En un cri unique et glacial

Sur le peuple des géants de Babel

Et les éliminer à tout jamais

Et détruire les traces de leur présence

Pour que le monde ne connaisse plus qu’amour et bonheur

Sans être contrarié par des reliques

D’un temps infécond et sombre

Triste et morbide

Alors qu’Eus et Nostra se réfugiaient dans une cache discrète

Le peuple de Naos attendait la chute des murailles

Abandonnées depuis fort longtemps

Et qui s’effritaient et se corrompaient

Sous les assauts de la pluie, du gel, de la sècheresse et des tremblements de terre

Sans se douter qu’il s’agissait alors

D’efforts des Eléments et de leurs alliés

Pour que l’inéluctable soit

Et que parmi les vivants se dressent les uns contre les autres

Leurs ennemis les plus virulents

Lorsque la septième muraille s’effondra sur la sixième

Sur le tas de pierre et rocs, troncs et gravas

Les chevelus par millions s’élancèrent

Et gravirent la muraille

S’élancèrent sur les traverses jusqu’à la première muraille

Descendirent les escaliers en hurlant

Et fondirent sur le peuple des géants de Babel

Qui ne comprirent ce qui leur advenait que lorsqu’il fut trop tard

Et ne purent résister à un contre cent

Par milliers ils furent mutilés, écartelés, torturés puis tués

Aucun des adultes ne fut laissé en vie

Les enfants furent pour la plupart noyés

Babel fut brulée

Les flammes s’élevèrent jusqu’au ciel

En une journée les traces de siècles de présence s’effacèrent

Pour ne plus laisser que celles de la mort au milieu de ruines fumantes

Les Eléments et leurs alliés se réjouirent

Le peuple de Naos ferma les yeux

Paya ce qui était du aux chevelus

Se tourna des ruines encore fumantes de Babel

Et se félicita de sa destinée

De l’amour et de la paix universelle

Et fêta la tranquillité retrouvée

Tandis que les chevelus repartaient

Et qu’Eus et Nostra suivaient avec attention, effroi et tristesse la folie des vivants

Depuis la cache qu’ils avaient trouvée

Et songeaient avec mépris

A l’indignité des vivants

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s