Chronique – 51


D’une nouvelle pérégrination, d’un huissier hostile, d’un avocat plaisant et du destin d’une autruche volante, flottante et trébuchante incarcérée sur l’île de Vienne

Je me demande souvent pour quelles raisons le propre du vivant est d’avancer, inlassablement, se relevant de ses cendres pour y retomber, sans dessein particulier sinon d’avancer, rejoignant ainsi des cohortes d’autres vivants participant à la même insondable, inclassable et implacable marche en avant, vers le gouffre ou le précipice, vers l’horizon fumeux ou l’éphémère plaisir.

Je me le demande encore plus aujourd’hui.

Après avoir quitté le confort douillet de notre appartement pour fuir des représentants implacables de divers ordres qui nous recherchaient sur la base de la diffusion alléguée d’informations extrêmement confidentielles sur la toile, sillonné les rues de Copenhague puis Vienne, puis la Mer d’Autriche à bord de baignoires mal colmatées à la recherche d’Arezzo pour y déclarer l’indépendance des fresques de Piero della Francesca, puis un banc de sable mal répertorié puis à nouveau Vienne mais une nouvelle Vienne tropicale, nous voici en train de rechercher inlassablement notre amie, l’autruche volante et flottante, dite marmotte gracieuse ayant trébuché hors de nos vies hier matin suite à un dévouement et une abnégation hors du commun.

L’extincteur, Maria et moi effectuons cette quête accompagnés du grille-pain existentialiste qui a juré sur la foi de Kierkegaard dont il conserve un exemplaire de sa pensée en son sein qu’on ne lui verrait aucune larme couler sur son bel inox et qu’on n’entendrait aucune plainte, lamentation ou élucubration provenant des grilles d’acier ayant brûlé plus de pains et toasts que les inquisiteurs n’avaient brûlé de cathares au XIIIème siècle. Dont acte.

Nous avons débuté notre course contre la montre à 17 heures 17 minutes et 17 secondes en référence aux propos tenus par James Balach Mlush dans son épopée fameuse dont le seul exemplaire disponible dans les caves du Vatican a disparu récemment.

Après avoir localisé le bureau des personnes disparues dans le cadre de l’application des dispositions 765 à 89 de la lettre z du code de procédure pacifique et atlantique, aussi, situé sur la rive occidentale de l’île de Vienne, nous avons pris rendez-vous avec l’huissier du 5ème district en charge des individus dont la prétention à être pris en compte au titre de ladite loi n’est pas dépourvue d’un faisceau immédiat et conjoncturellement cohérent et passablement concordant.

Il s’agissait d’une jeune femme habillée en vert et accompagnée d’un interprète en smoking lui aussi vert mais portant des palmes bleues qui nous a immédiatement interpellés en nous demandant de préciser en deux mots les motifs de notre saisine ce que nous avons fait de la manière suivante : Nous recherchons une autruche arrêtée hier matin en lieu et place de pingouins aux lunettes roses. Nous souhaiterions contester cette arrestation et en outre connaître les raisons pour lesquelles des pingouins ne sauraient consommer des poissons, une nourriture essentielle pour leur développement durant la phase de transition vers le végétarisme intégral de niveau 3.

L’aimable huissier a rétorqué en tenant une machine à boulier et antennes sombres que nous venions de proférer 54 mots en 315 caractères représentant un excédent de 2700 pour cent et nous qualifiant ainsi pour une amende de désordre de 315 x 2700 euros.

Nous avons essayé de répliquer à cette surprenante admonestation mais la voyant secouer la machine sombre nous avons préféré obtempéré et faire un chèque du montant considéré tout en nous demandant sur quel compte celui-ci serait concrétisé dans la mesure où le grille-pain, le signataire, ne semblait pas posséder de valeurs marchandes ou trébuchantes.

Qu’importe, nous avons quitté ce lieu sans avoir obtenu des précisions utiles ou même inutiles sur les questions qui nous importaient. Dans les couloirs d’un tribunal voisin, il me semble qu’il s’agissait de la troisième chambre de la cour inférieure droite du maxillaire supérieur de l’île de Vienne, face nord, dans lesquels nous marchions sans savoir que faire nous avons rencontré un avocat en tenue verte accompagnée d’une interprète habillée en smoking et palmes, une récurrence étonnante je dois le confesser, et lui avons exposé notre situation.

Il a immédiatement et pour notre plus grand bonheur accepté de prendre fait, droit, gauche et cause pour nous, moyennement contribution à son fond de doléance, martyrologie et sublimation des bonnes et justes causes démagogiques ou non à hauteur de cinq fois la somme perçue par l’injuste huissière, chèque immédiatement signé par le grille-pain qui a admis plus tard aimer par-dessus tout se rendre utile et contribuer à quelque cause que ce soit pour contribution à un dessein ou une fin vraisemblable, juste et bonne.

L’avocat a froissé le chèque, examiné sa transparence sous une lumière prévue à cet effet à l’entrée du tribunal, léché le papier et humé l’encre, puis a dit de manière solennelle – une attitude apparemment requise au titre d’une réglementation en vigueur jusqu’au vendredi suivant le jour de son édiction pour consommation possible jusqu’à trois jours ouvrés plus tard – Bon pour acquis et faire de droit, valoir et aplomb puis nous a serré la main et nous a murmuré : songeons mes amis à votre autruche et de ce songe viendra une étincelle qui telle la lumière au sortir d’un tunnel nous dictera la voie à suivre.

Il s’est assis par terre avec l’interprète à sa gauche et nous à sa droite, ou l’inverse suivant où l’on se place, et s’est mis à siffler un air incongru mais plaisant.

Nous en sommes là. D’après l’interprète qui s’est laissé aller à un commentaire complice, nous devrions dans quelques heures réussir une combinaison d’aliénations et de conjectures favorables et ainsi rentrer en contact auratique avec notre amie et déterminer avec une précision relative l’endroit où elle a été incarcérée en attendant son jugement par une cour haute et neutre, objective et permanente, frisée ou non, pour rupture de confiance, abus de personnalité, pressante abnégation et rejet de la supériorité avérée des tenants et aboutissants sur l’île de Vienne nord au titre de la doctrine de Preznel.

Nous attendons et songeons avec tristesse au sort de notre amie, l’autruche volante, flottante et trébuchante dite marmotte gracieuse.

IMG_1047

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s