Du sérieux des auteurs de cette chronique, de l’esprit cartésien des extincteurs, de John Cage, du nez de Maria et d’un sonnet d’une autruche volante, flottante et trébuchante


Chronique – 53

Du sérieux des auteurs de cette chronique, de l’esprit cartésien des extincteurs, de John Cage, du nez de Maria et d’un sonnet d’une autruche volante, flottante et trébuchante

Non, contrairement à ce que vous pourriez penser nous ne nous trouvons pas sur une île déserte et non, je ne suis pas en train de vous raconter des sornettes sur fond de nouvelle circonvolution du temps ou de mon esprit particulièrement épuisé après tant de fuites éperdues, traumatismes émotionnels, situations dramatiques et incomprises, et non, je n’abuse pas de votre amabilité ni de votre diligence en lisant ces lignes, je vous respecte trop pour cela, et je dis ceci sans malice aucune, non, non, non et non, je ne vais pas vous faire le coup des baignoires qui s’enfuient puis coulent ni du banc de sable quelque part sur la soi-disant Mer d’Autriche – car nous savons depuis un certain temps déjà qu’il y a des probabilités que j’évaluerais entre 67,33 et 76,19 % pour que nous soyons ailleurs qu’entre la belle et bonne vieille île de Vienne et la chapelle d’Arezzo enfouie sous les Alpes, elles-mêmes recouvertes par les vagues bleu tendre de ladite Mer d’Autriche.

Non, je ne vous ferai pas un tel affront pour une raison qui est finalement assez simple : les braves marins du navire philanthropique affrontant vents et marées pour livrer leurs cargaisons humanitaires à quelques honorables militaires déchus ou autres bonnes âmes de même acabit ont eu l’extrême bonté de nous laisser sur une belle et longue langue de sable aux abords d’un désert continental s’étendant sur des milles, des kilomètres, des nœuds, des pas ou ce que vous voudrez, longé par une sympathique route bien grise et élégante, toute droite, toute belle, bordée par une ligne jaune à droite et jaune à gauche comme cela vous ne pouvez pas vous tromper en disant droite ou gauche, c’est une idée assez sympathique avouez-le.

L’extincteur fort sage et penseur a tiré trois conclusions de ces faits simples et précis : (i) nous venons de sortir d’une Mer ou d’un Océan, (ii) nous nous trouvons sur une plage abandonnée de tous et toutes, même les baleines, (iii) une route longe la mer venant d’un certain lieu et se dirigeant vers un autre, (iv) un désert empêche d’évidence de s’enfoncer de manière quasiment perpendiculaire à la route par crainte de se perdre, (v) qui dit route dit forcément véhicule, (vi) qui dit véhicule dit conducteurs vivants car s’il étaient morts ils ne conduiraient plus ayant autre chose à faire de plus intéressant, (vii) qui dit conducteurs vivants dit possibilité de secours et (viii) qui dit secours dit possibilité de ne pas mourir ici bêtement, stupidement et niaisement après avoir assisté à la réincarnation d’un grille-pain existentialiste en radiateur jaune et d’un réfrigérateur colérique en machine à gaz.

Le Yéti anarchiste a fait remarquer que cela faisait bien plus que trois conclusions mais l’extincteur a rétorqué que s’il avait des épaules il les hausserait.

Maria a pris les choses en main en interrompant ces chers pourfendeurs de vérités difficilement discernables car naturellement qui d’autres que des penseurs de renom auraient pu arriver à de telles conclusions et elle a souligné que nous devions nous dépêcher d’attendre dans cet abri constitué par un squelette de baleine improvisé portail d’un futur centre touristique à venir, pour permettre aux deux ressuscités de se remettre de leur rédemption et de manifester quelques signes de vie.

Nous avons abondé en son sens même si elle n’a pas attendu notre réaction sachant implicitement que nul d’entre nous, surtout pas moi, n’oserait mettre en doute la véracité et pertinence de ses propos, propos prononcés par des lèvres d’une sinuosité parfaite en dessous d’un nez qui s’il avait été aperçu par Cléopâtre lui aurait valu les pires difficultés et encore en dessous d’une paire d’yeux dans lequel le simple plongeon équivaut à la perte de toute notion du temps, du lieu, de soi-même et d’autrui pour 4’ et 33’’.

Tout ceci vous permet de constater qu’espoir il y a et qu’île il n’y a pas et qu’ainsi les perspectives de trouver un sens à notre fuite et marche ne sont pas insignifiantes.

Les trois pingouins ont d’ailleurs entrepris de creuser sous le squelette pour rechercher les tuiles de la chapelle d’Arezzo tandis que l’autruche volante, flottante et trébuchante nous a livré un nouveau sonnet, cette fois-ci non musical, que je vous offre en cette charmante veille de week-end :

« Après moi le déluge, Viennent les girafes, Chantent les mosaïques, Crissent les pneus, Obtempèrent les paysans, Estiment les notaires, Plaisent les plaisants et Cuvent les cuveurs, Moi je m’en fiche et vais en friche. »

§753 - Copy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s