De l’étrange confusion de nos sentiments et de la possible défection de plusieurs de nos amis


De l’étrange confusion de nos sentiments et de la possible défection de plusieurs de nos amis

Je vous ai raconté en détails, peut-être un peu trop j’en conviens, les circonstances ayant conduit à la découverte du cadavre de notre ami grille-pain existentialiste.

J’ai décrit de manière assez réaliste l’état psychique qui était le nôtre lorsque l’autruche volante, flottante et trébuchante et moi-même avons retrouvé le pauvre être balançant au gré du vent maudit de ce pays de misère, dont le nom nous échappe toujours, suspendu à un arbre piteux et dérisoire dans un environnement des plus banals et des circonstances ordinaires.

Une fin triste et médiocre.

Ce que je ne vous ai pas décrit ce sont les réactions de nos amis lorsque la nouvelle de la mort du grille-pain leur avait été annoncée.

Maria dont le regard est si profond que souvent je m’y noie a fermé ses paupières, laissé une larme perler sur sa joue droite, passé une main dans ses cheveux et a demandé à voir le cadavre de notre pauvre ami.

Nous l’avons accompagné jusqu’au bureau du propriétaire de la pension de famille dans laquelle nous séjournons et qui n’est pas présent en ce moment en raison de son arrestation récente pour appartenance à un parti réactionnaire et par trop impliqué dans les évènements pré- ou postrévolutionnaires. C’est en cet endroit que j’avais installé le corps meurtri de notre cher disparu. Elle a souhaité rester seule dans cette pièce au parfum de naphtaline et cirage pour s’y recueillir un moment.

Le Yéti anarchiste s’est quant à lui emporté et à accusé le Comité de salut, salubrité, sobriété, santé et souhait publics d’avoir commandité le meurtre de notre ami et, sans même aller se recueillir auprès du pauvre petit corps de l’humble et triste grille-pain existentialiste, s’est précipité au foyer des travailleurs levantins et florentins du sixième district gauche après la porte de Neufchâtel, version sud, pour appeler à une manifestation monstre de dix à quinze mille personnes ce soir sur la place des libertés retrouvées et de l’ordre annoncé.

La machine à gaz rondouillarde à tendance politicienne, s’est émue de la disparition de notre ami, s’est enquis de la présence ou non du livre de Kierkegaard en son sein et notant ma réponse embarrassée a conclu que « ces maudits vandales ne faisaient que sombrer jour après jour d’avantage dans la criminalité ordinaire au titre des grands principes, des libertés, de la joie retrouvée et du fric à gogo dont ils ont toujours besoin. Ces parasites ne souhaitent qu’une chose, kidnapper notre révolution, celle de notre jeunesse, de nos victimes, de nos familles. Je comprends leur petit jeu et leurs desseins évidents. Après nous le bonheur, après eux le chaos. Soyons forts, il faut que la révolution subsiste et que la jeunesse se forme. Il faut qu’une nouvelle classe de citoyens se mette en place mais d’évidence en voyant la violence dont certains font preuve ce ne sera pas une tâche aisée. Il faut laisser le temps au temps, il faut travailler sur le long terme, former, éduquer, consolider les fondations. Nous ne sombrerons pas dans le piège qui consiste à accélérer la vitesse dans le seul but de permettre l’appropriation des richesses par certains et d’assouvir les pulsions les moins nobles des êtres vivants ».

Terminant ses propos depuis le dessus de la télévision où il s’était accroché il s’est précipité au siège du comité dont il exerce, je vous le rappelle, la fonction de porte-parole. Curieusement, il n’a pas demandé à voir notre ami martyrisé.

L’extincteur fort sage, d’habitude tout au moins, a commenté le comportement de nos amis et les conditions de la disparition du grille-pain en disant « ceci n’est pas chose incompréhensible. Les premières phases de toute révolution consistent en un faisceau de convergences conduisant à un point de rupture. Lorsque celui-ci est dépassé on entre dans une phase chaotique durant laquelle tout peut arriver, chacun essayant de s’approprier un levier de commande et des pièces du puzzle gigantesque du pouvoir absolu venant de se détruire. Ce faisant, nombreux sont les grains de sable qui profitent de cette situation et parfois interrompent le processus qui les faisait vivre. Le vandalisme, la petite criminalité, provoqués ou subis, sont des facteurs indissociables de ces périodes. Notre ami a succombé face à ces dérisoires excès ».

Lui aussi est parti, également sans se recueillir un instant auprès du grille-pain impatient de consulter ses livres et déterminer dans quelle phase, sous-phase et sous-sous-phase historique ou proto-historique nous nous trouvions.

Les trois pingouins ont fait de même mais cela je m’en doutais. Ils se sont précipité sur la place de la révolution magistrale et secondaire par les côtés ouest et réfrigérés pour examiner de plus près les dessins découverts la veille et dont ils ont conclu qu’ils pouvaient s’agir des travaux inconnus de Piero mais dont tous les autres observateurs ont déterminé qu’il s‘agissait de graffitis exécutés par des vandales de 5 à 7 ans au plus, de sexe masculin, et de conditions indéterminées.

Ne restent donc que nous trois, Maria, l’autruche et moi, assis maintenant en rond triangulaire inversé et songeant paisiblement au temps passé.

Nous nous remémorons les propos de notre grille-pain existentialiste, ses visions prémonitoires et ses paroles sobres et émues, ses sourires entendus, ses regards timides et fatalistes, ses craintes et frayeurs.

Il nous manque mais au fond de nous il y a, insidieuse, cette crainte que nos autres amis, ceux qui se sont enfuis, n’aient été rattrapés par le cours de l’histoire et ne soient en train d’être en voie d’intégration dans cette société que nous aimons mais pas tant que cela, ses lois, ses règles, sa dérisoire propension à flatter les égos pour aveugler les esprits et le cœur.

Peut-être avons-nous perdu ces derniers jours plus d’un ami.
sol348

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s